Le regard d’un portraitiste se doit d’être humaniste, vrai, dévoué, en quête d’esthétique.

Le portrait demande beaucoup plus qu’une expertise technique, il faut utiliser la lumière pour révéler l’étincelle dans un regard.

Avant d’être en mesure de capturer le naturel avec spontanéité, une maîtrise parfaite du boîtier et de la lumière sont nécessaires, mais ne suffisent pas. Faire un beau portrait, c’est une combinaison de nombreux détails. J’aime comparer cela à une check-list avant de faire décoller un avion : il y a de nombreux paramètres à prendre en compte avant de déclencher. Cela demande de la rigueur, de la concentration et beaucoup de pratique. Il y a des automatismes à acquérir, avant de pourvoir s’affranchir de la technique et pouvoir se connecter à la personne que l’on photographie.

Et le talent dans tout ça ?

Le talent est pour moi le résultat d’un long travail, de persévérance et d’un savant mélange d’humilité et de confiance en soi. Nul ne parvient à exprimer son talent s’il ne le cultive pas. Les prédispositions ne suffisent pas à faire le talent : on a tous un potentiel, c’est notre motivation intrinsèque qui nous pousse à le concrétiser.

 

Je fais partie de ceux qui aiment la contemplation.

Je suis intimement convaincue que le beau joue un rôle important dans nos vies, c’est pourquoi je persiste dans cette quête d’esthétisme en tant que photographe.

Je suis issue de la terre, avec laquelle je garde un lien d’ordre filial. La perception de la beauté me semble très présente dans la nature.

J’ai reçu de mon éducation des valeurs de partage, de tolérance et de bienveillance. On m’a appris à être curieuse, persévérante et consciencieuse. Et plus que tout, ma créativité a depuis toujours été encouragée par mes proches et par mes professeurs.

 

 

Mon parcours

J’ai toujours été attirée par le monde artistique : les cours de danse, de musique, de dessin puis les cours de cinéma au lycée m’ont amené à développer ma sensibilité. C’est cette sensibilité que je parviens aujourd’hui à exprimer au travers de la photographie.

J’ai eu la chance de suivre des cours d’été à l’Université de Berkeley en Californie en parallèle de mon Master en management.

Après quelques détours dans l’événementiel et dans la communication, j’ai débuté mon activité de photographe en reportage de mariage en 2012 : ce fut une formidable expérience sur la capture des émotions, et un apprentissage approfondi de la lumière.

Je me suis ensuite spécialisée en portrait en créant mon studio de lumière naturelle depuis 2016.

Je consacre une partie de mon temps à la photographie artistique, après avoir développé des élans créatifs lors de mes prestations au service des entreprises.

 

Les photographes qui m’inspirent :

Bruno Aveillan : son travail c’est de l’art et de la poésie, tout simplement.

Vincent Munier : il ne fait qu’un avec la nature, il sublime les paysages et les vies qui les habitent comme personne.

Annie Leibovitz : elle représente tellement de valeurs que j’admire : en tant que femme, en tant que portraitiste, en tant qu’artiste.

 

 

Les qualités de mes défauts :

Je suis très sensible : mon degré d’empathie peut parfois me rendre vulnérable et ce n’est pas toujours facile à vivre. Mais je pense que c’est un atout pour le portrait.

Je suis trop perfectionniste mais cela est plutôt à votre avantage à priori !